Qui sont les vrais pigeons d’Apple ?

Johann 10 septembre 2014 Commentaires fermés sur Qui sont les vrais pigeons d’Apple ?
Qui sont les vrais pigeons d’Apple ?


Nous voilà le lendemain de la Keynote durant laquelle Apple a présenté ses nouvelles « révolutions » : l’iPhone 6 et l’Apple Watch.

Les réseaux sociaux sont inondés de messages des fans et des… moins fans ou plutôt détracteurs de la marque. On ne peut pas passer à côté, car cette Keynote aura fait parler la masse.

Étant un grand geek de l’influence, du marketing et surtout des nouvelles technologies, je ne peux passer à côté d’un tel phénomène.

Je vais tenter d’analyser les réactions que suscite Apple, car pour moi ça révèle des choses intéressantes sur la nature humaine et le marché actuel. Cela soulève également de nombreuses interrogations…

mouton apple

«Apple, c’est de la merde !»

Voici l’argument principal qu’on peut entendre presque tous les jours concernant Apple.

Ma question est très simple:

Il y a une expression très utilisée dans le marketing du buzz:

«L’essentiel est qu’on en parle». « Toute publicité est bonne. »

Combien de célébrités ont battis leur empire sur du bad-buzz ?

Si je vous dis «Non, mais allo quoi !», je suis sûr que vous voyez de qui je parle.

Là où je veux en venir, c’est que les détracteurs qui mettent beaucoup d’énergie à dénigrer la marque deviennent aussi des ambassadeurs de cette marque. Pour être honnête, les réactions négatives ont plus attiré ma curiosité que les positives.

Le cerveau ne prend pas en compte les négations. Je l’explique très souvent dans les coachings de motivation et de confiance.

Si vous dites: «Je ne veux pas m’endetter», «Je ne veux pas perdre», «Je n’aime pas les nouilles», vous pensez automatiquement : endettement, pertes et nouilles.

Quand les détracteurs crachent sur Apple, ils parlent d’Apple et le nom de la marque reste bien ancré dans leur cerveau. Les personnes à qui ils adressent leurs messages intègrent également le nom de la marque.

Le fait même de parler de quelque chose que vous n’aimez pas vous fait donner de l’importance à cette chose, un peu comme les problèmes ou les personnes qui vous nuisent…

D’ailleurs les concurrents en profitent pleinement…

 

«Samsung > Apple»

Combien de marques réalisent des pubs pour se moquer des publicités ou des produits d’Apple ?

Combien de marques essaient de ridiculiser la pomme ?

Voici deux exemples récents ici et

On vous apprend souvent à trouver un ennemi en marketing. Beaucoup de grandes marques comme Coca-Cola/ Pepsi ou les opérateurs téléphoniques se font la guerre de cette façon. D’ailleurs Apple avait déclaré la guerre à Microsoft avec la fameuse campagne «I’m a mac and I’m a PC» 

Cette technique marketing pousse à diviser une audience, et ça fonctionne très bien. Cela répond au besoin d’appartenance des Hommes (3ème dans la pyramide de Maslow). Cette sensation d’appartenir à un clan renforce l’engagement à une marque.

Vous voyez aussi que les gens aiment se battre pour tout et rien: opinion politique, religions, mode, consommation, football…

Nous avons besoin d’appartenir à un clan, et les marques l’utilisent brillamment. Faites un test, postez un message sur les réseaux sociaux qui dénigrent une grande marque et voyez le grand débat interminable que vous allez provoquer.

La grande question est: est-ce dans l’intérêt d’une marque de baser sa «value proposition» sur celle d’une autre marque ?

Si Samsung dit être meilleur qu’Apple, la marque ne devient-elle pas dépendante de son concurrent ? Ne donne t’elle pas trop d’importance à son concurrent ?

En étant contre une marque, ne n’appartenez pas vous-mêmes à une autre ?

J’ai toujours considéré qu’il était plus sain d’exister via sa propre valeur, que via celle des autres, mais ça reste une opinion personnelle.

C’est comme se mettre à côté d’un géant et dire: « Regardez, moi aussi je peux faire mieux que lui, je suis grand, beau et fort et lui il n’est pas aussi bien qu’il en a l’air ». Honnêtement, si vous faites ça, pour qui vous passez ?

Le plus marrant dans l’histoire est que toutes les marques ont surfé sur la tendance Apple pour faire le buzz.

N’est-ce pas là un signe qu’Apple est une des références principales du marché ? N’est-ce pas déjà nourrir et donner du crédit à celui qu’on veut écraser ? 

 

«Les clients d’Apple sont des pigeons, aveuglés par leur religion de la Pomme !»

Apple est vu comme une secte, une religion.

De nombreuses études en neuromarketing ont d’ailleurs montré que certaines marques activaient les mêmes zones du cerveau que la religion.

Mais que consommez-vous tous les jours ? Comment vous habillez-vous ? Que faites-vous de vos journées ?

Ne prenez-vous pas finalement les mêmes produits quand vous faites les courses ?

Nous sommes constamment sous influence. Notre environnement nous influence tous les jours.

Traiter les adorateurs d’Apple de pigeons, n’est-ce pas une façon de nier que nous sommes chacun le pigeon de quelqu’un d’autre ?

Lisez le livre 24H sous influence et vous ne verrez plus le monde du même oeil !

Les grandes marques emploient des techniques très évoluées de neuromarketing pour influencer nos actes d’achats. La plus puissante est de jouer sur les émotions et les sens. Je l’avais déjà expliqué ici…

Tout le marketing d’Apple est basé sur l’émotion. Rentrez dans un Apple Store et vous verrez que rien n’est disposé par hasard. Le design des produits Apple est aussi étudié, tout comme l’ergonomie.

« Si pour vous un «pigeon» est quelqu’un qui est influencé par ses émotions: êtes-vous un être dénué d’émotion ? »

 

«C’est trop cher !»

L’argument préféré des détracteurs d’Apple est le prix, car oui, Apple applique des prix plus élevés que ses concurrents.

Mais depuis quand le prix est-il la motivation principale d’achat ?

Si le prix était une motivation première d’achat, tout le monde roulerait en Twingo ou en Smart et BMW, Mercedes et compagnie aurait fait faillite depuis longtemps !

Pourquoi les compagnies proposent des premières classes trois fois plus chères pour faire le même trajet ? Pourquoi les marques de luxe existent ?

En fait, il y a 5 motivations principales d’achats…

L’argent en fait partie, mais n’est pas le déclencheur final. L’émotion prend toujours le devant sur la rationalité.

N’avez-vous jamais craqué pour un achat coup de coeur dans un magasin ?

Nous sommes des êtres émotionnels, nos actes d’achats sont émotionnels, rarement logique. On cherche à justifier logiquement un achat après l’avoir fait: « ça me sera utile », « c’était jolie », « je ne le trouverai pas ailleurs »…

Faites le test, quand quelqu’un fait du shopping, regardez comment il va chercher à justifier son achat.

Selon vous, pourquoi le packaging (notamment l’emballage) est si important ?

Pourquoi allez-vous vous sentir bien en sentant l’odeur du cuir de l’intérieur d’une voiture neuve ?

Pourquoi des musiques sont-elles choisies dans certains magasins ?

Pourquoi on vous laisse essayer les produits dans les Apple Store ?

Pourquoi on vous laisse gouter des échantillons dans des stands ?

Vos sens sont sous influence et peuvent facilement tromper votre porte-monnaie.

Pourquoi je mettrais plus cher dans un Macbook plutôt que dans un PC ?

Pour son design, son ergonomie, ses fonctionnalités, sa facilité d’utilisation, son SAV, etc.

Il y a plein de raisons qui peuvent pousser à mettre le prix, et non le prix à lui seul.

Apple est devenu un maître du marketing ! Leur modèle de business cartonnent. On peut critiquer l’aspect « fermé » et « pro-constructeur » de leur produit, mais c’est un modèle qui fonctionne.

Vous pouvez continuer à mépriser ceux qui roulent en Mercedes, ceux qui portent du Louis Vuitton ou ceux qui exhibent leur Rolex, mais vous avez là la preuve que le prix n’est qu’une valeur subjective. Cette valeur diffère selon la perception de chacun.

Et puis si c’est cher, ça l’est par rapport à quoi ?

N’oubliez pas que maintenant les smartphones et les technologies embarquées ont la puissance des ordinateurs…

1000 euros peut être énormes pour vous, mais ce n’est rien pour quelqu’un d’autre… Votre perception n’est pas universelle.

De même, certains préfèrent dépenser 1000 euros dans une soirée, d’autres 1000 euros dans un voyage, d’autres 1000 euros dans un sac à main, d’autres 1000 euros dans une paire de chaussure… Pourquoi pas 1000 euros dans une technologie ?

Chacun à ses priorités, mais si celles des autres sont différentes des vôtres, est-ce une raison suffisante de vous sentir supérieur ?

 

«Ça ne sert à rien !»

Quand le premier iPhone est sorti, tout le monde critiquait l’inutilité de ses fonctionnalités, maintenant presque tout le monde possède un smartphone.

Quand le premier iPad est sorti, on disait que c’était inutile et que ça ne servirait à rien. Aujourd’hui, vous pouvez voir beaucoup de personnes utiliser leur tablette. Chose très drôle: j’avais fait un article sur l’iPad à l’époque de sa sortie… 

Quand les bracelets connectés sont sortis, on disait que c’était un gadget sans intérêt. De plus en plus de personnes les utilisent, surtout les sportifs pour tracker leurs activités et leurs séances.

Forcément, à l’annonce de l’Apple Watch, les moqueries ont fusé ! Pourtant je vous garantis que dans quelques années, la smartwatch sera bien appréciée par la masse.

Chaque innovation, chaque nouveauté technologique suit un chemin précis, théorisé par la courbe de l’innovation selon Rogers: J’avais écrit un article dessus…

Cette courbe démontre bien qu’il y a très peu de personnes qui accueillent une nouveauté avant qu’elles deviennent un produit de masse.

Les cartes bancaires que vous utilisez sont des innovations.
Les moyens de transports que vous prenez sont des innovations.
Les appareils électroménagers que vous utilisez sont des innovations.
L’ordinateur, le téléphone ou la tablette que vous utilisez pour lire cet article est une innovation.

Ces innovations font partie de votre quotidien. Même si on peut remettre en cause leurs impacts écologique, on ne peut pas remettre en cause leur utilité dans le monde actuel.

C’est bien connu, surtout en France, que dès qu’une nouvelle technologie apparait, elle est avant tout diabolisée et traité «d’inutile», jusqu’à ce que ça devient un produit du quotidien.

De ce côté, je dis juste: «Wait and see ! »

 

«La technologie ça rend con et fermé !»

Forcément, les anti-technologies ne peuvent s’empêcher d’exhiber fièrement leur Nokia 3310 (qui était une innovation à l’époque on le rappelle) en dénonçant toutes ces connectivités qui semblent abrutir la population.

«Nous sommes de plus en plus déconnectés en nous connectant !»

Mais pensez-vous vraiment que ça soit les technologies qui abrutissent les gens ?

Nous avons un formidable outil de partage et d’interaction qui est Facebook. Qu’en font les gens ?

Ils racontent leur vie, montrent leur photo de leur chien, postent des vidéos de chats, exposent leurs opinions politiques, rendent publics des scandales, lancent des défis de jeux d’alcool à leurs amis, débattent sur le meilleur papier toilette, etc.

Est-ce que cela ne fait pas que révéler la vraie nature de l’Homme ?

La technologie ne fait qu’évoluer les usages, mais c’est l’Homme qui l’utilise.

Que votre enfant lise un livre papier ou qu’il lise un livre sur tablette ou liseuse, je vous rassure, il aura lu le même livre !

Si vous regardez l’heure sur votre montre analogique ou sur votre smartwatch, vous aurez l’heure.

Si vous appelez votre amie avec votre téléphone fixe ou avec Skype, vous l’aurez quand même appelé.

VOUS décidez de ce que vous faites de ces technologies.
VOUS êtes seul responsable des impacts de ces technologies.

La technologie a permis des avancées extraordinaires dans la médecine, la communication, la science, la découverte des espèces, la communication, etc.

Certains l’utilisent pour faire le bien, d’autres pour faire la guerre, et encore d’autres pour… rien !

La technologie me permet aujourd’hui de voyager tout en gérant mon activité de n’importe où ! Elle me permet aussi de partager énormément de choses avec le monde qui m’entoure.

Ce sont de formidables outils de connexions et de partage de connaissances. Mais qui en profite vraiment ?

 

Que peut-on dire de tout ça ?

L’objectif de cet article est surtout de vous pousser à vous poser les bonnes questions. Je ne suis pas là pour défendre une marque ou choisir un clan, je m’en fous totalement pour être honnête. J’achète et consomme ce qui me plait et me semble juste en rapport avec mes valeurs.

Cependant je n’impose pas mon choix de consommation aux autres, je pousse juste les autres à être responsables de ce qu’ils font et de comment ils partagent leurs opinions. Je ne dis pas non plus que quelque chose est cher ou pas cher, car ça ne veut rien dire.

Ce buzz d’Apple ne fait que révéler la façon de penser de la masse. C’est-à-dire une difficulté à élever son niveau de conscience dans ses rapports à la consommation et à l’argent.

C’est toujours plus facile de tirer sur le gros, car on se mouille moins quand on suit un mouvement de masse qui attaque un autre mouvement de masse. C’est plus facile de lancer une pierre dans une foule quand d’en lancer une sur un individu directement.

Apple n’est pas plus critiquable que les autres grosses entreprises, c’est juste qu’elle a mieux réussi et est devenue une référence. Toutes les startups qui ont à un moment souhaité briser les codes et les monopoles, ont fini par prendre ce fameux monopole. C’est le cycle des monopoles.

Apple a voulu révolutionner l’informatique en brisant le monopole des usages et des gros de l’informatique, en rendant l’ordinateur accessible à tout le monde.

Leurs campagnes «1984» et «Think Different» ont été des modèles du genre. La rançon du succès est d’être arrivé au top, jusqu’à ce que les concurrents attendent un nouveau produit Apple pour s’en moquer dans leur publicité. Ce top à aussi amené à une tendance à entrainer la surconsommation de masse.

Il y a une expression que j’aime beaucoup:

«On jette des pierres que sur les arbres qui portent des fruits.»

Pourquoi ne pas commencer à «see the big picture» et observer des phénomènes dans leur globalité plutôt que de s’enfermer dans un jugement ?

Je pense que les principaux pigeons sont ceux qui critiquent des phénomènes qu’ils ne comprennent pas. C’est dans les meurs de critiquer des mouvements qu’on ne comprend pas, notamment les mouvements «geeks». On va toujours diaboliser une communauté différente de la masse en enfermant des personnes dans des cases bien verrouillées.

Le pigeon vit sans se poser de question, il chie sur tout et rien, il réagit, il suit le mouvement… Il se croit plus beau et plus intelligent que son confrère pigeon, il se croit différent des autres pigeons, mais ils oublient que lui aussi, il est un pigeon…

Mais au fond, qu’on le veuille ou non, Apple aura réussi à faire de nous tous des pigeons, pigeons d’une influence qui nous dépasse, qu’on soit pour ou contre…

Apple a compris une chose, l’être humain communique avant tout par les émotions, avant la logique, et…

Vous aimerez aussi:

Incoming search terms:

  • apple pigeon
  • pigeon apple